02
Jul
15

Le Jardin botanique de Pamplemousses

Le Jardin botanique de Pamplemousses

Le Jardin botanique de Pamplemousses est très connu dans les pays étrangers.. C’est le plus ancien jardin botanique de l’hémisphère Sud.Pamplemousses blog

Le jardin a été créé par Pierre Poivre (1719-1786), intendant de l’île de 1767 à 1772, qui utilisa à cet effet l’ancienne propriété du gouverneur Mahé de La Bourdonnais

Pierre Poivre est un naturaliste, agronome et administrateur colonial français, originaire de Lyon. Il s’est intéressé aux épices   Nommé intentant du Roi sur l’île de France et de l’île. Il créa le Jardin de Pamplemousses. Il y feara planter des espèces indigènes mais aussi des arbres et des épices du monde entier, entre autres des muscadiers et girofliers Le naturaliste français, Philibert Commerson (1727 -1773) lui apporta son aide pour l’introduction des épices et des espèces rares.. Un des plus proches conseillers de Pierre Poivre, Jean-Nicolas Céré (1737-1810), fut nommé directeur du jardin royal de Pamplemousses en 1775 alors que Pierre Poivre avait regagné la métropole. Il veilla faire développer le jardin Il fit batir de avenues et plusieurs étangs. L’arrivée de James Duncan en tant que directeur en 1849 va donner nouveau départ, avec l’introduction notamment du palmier royal.

Aujourd’hui, le jardin compte plus de 80 espèces de palmiers, dont les Talipots précités, les palmiers bouteilles, les palmiers à pied d’éléphant, les palmiers bambous, , les palmiers blancs et bien d’autres. C’est aussi sous l’ère britannique que fut installée la grille ornementale en fer forgé à l’entrée principale du jardin. L’étang des lotus du Jardin de Pamplemousses est situé non loin du bassin des nénuphars géants et du buste de Pierre Poivre. Depuis 1988, le Jardin de Pamplemousses porte officiellement le nom de Sir Seewoosagur Ramgoolam, père de l’indépendance du pays, dont le monument funéraire (Samadhi) se trouve dans le jardin Villa Mon Plaisir, , est une demeure coloniale construite au 19ème siècle sous l’ère britannique dans le jardin. Parmi les visiteurs compté Indira Gandhi, la Princesse Margaret, François Mitterrand, Nelson Mandela .La visite du Jardin de Pamplemousses se fait librement ou avec l’aide d’un guide Le jardin s’étend sur une superficie de 33 ha. Le roi achète Mon plaisir le 12 octobre 1772 de Poivre pour 38.400 livres. Le terrain garde son nom, mais sera également appelé Jardin du Roi. Le botaniste Jean-Nicolas Céré, s’efforce de poursuivre l’œuvre de Pierre Poivre. Il consacre sa vie et sa fortune à l’enrichir de fleurs et d’arbres.

D’une étendue actuelle de 25 ha, le jardin botanique a souffert des cyclones de 1861, 1892, 1945, 1960, 1975 et 1979 et a dû entreprendre à chaque fois des travaux de restauration.

Le jardin est sillonnés d’avenues et d’allées qui portent les noms des grands naturalistes qui ont étudié ou contribué à former la flore des Mascareignes.. Le jardin possède également une allée Paul et Virginie et une allée Bernardin de Saint-Pierre en hommage à l’auteur de Voyage à l’Île de France, dont une citation orne l’obélisque de Liénard dans l’avenue La Bourdonnais :

Le don d’une plante utile me paraît plus précieux que la découverte d’une mine d’or et un monument plus durable qu’une pyramide.

On remarque à l’angle de l’avenue Cossigny et de l’avenue Telfair (dédiée à Charles Telfair) une rangée de Corypha umbraculifera – dit palmier talipot – qui fleurit après quarante à soixante ans et meurt

Près de l’avenue Octave Wiehe, bordée de Syagrus coronata7, se trouve le pont des Soupirs qui traverse la rivière Citron. Des goyaviers royaux sont plantés au bord de l’eau avec un bois de teck aux larges feuilles duveteuses d’un vert jaunâtre.

Des fougères poussent près de la culée du pont, comme la fougère fine .Au-delà du pont des Soupirs vers l’avenue Colville, une rangée de gros Tecomas avec ses fleurs mauves.

L’avenue Adrien d’Épinay est ombragée de lataniers bleus (Latania loddigesii) et d’un immense Cycas circinalis. L’avenue Commerson est bordée de palmistes blancs8 résistants aux cyclones.

Dans un bosquet de vieux manguiers et de Ficus elastica à côté du château de Mon Plaisir se trouve un parc avec un enclos de tortues géantes des Seychelles et non loin de cerfs du pays.

Le président François Mitterrand a planté au jardin un muscadier à sa venue en 1990 (plaque visible). À l’arrière de la maison du gardien près de l’entrée on remarque un baobab Adansonia digitata.

Parmi les plantes ornementales ou cultivées on trouve les flamboyants Delonix regia, le Colvillea racemosa, le bauhinia ou arbre à orchidées, le Trochetia boutoniana ou boucle d’oreille (qui est emblématique de Maurice), le frangipanier, le banyan, le filao, , le tek, l’acajou, le bois noir, albizia lebbeck.

Les lianes et les grimpantes sont également nombreuses : la Butea superba, la Mucuna warburg. iLes se trouvent une section particulière : noix de muscade, clou de girofle introduit en 1770 par Pierre Poivre, cannelle de Ceylan, poivre, quatre-épices d’Amérique du Sud.

Pa moins de 95 variétés de palmiers d’Amérique centrale, d’Asie, d’Afrique et des îles de l’océan Indien sont plantées : le palmier royal le long de l’avenue Pierre Poivre avec des Roystonea oleracea au tronc cylindrique; le palmier raphia de Madagascar aux immenses feuilles voûtées le palmiste bouteille (endémique de l’île Ronde), au corps ventru le palmiste blanc le talipot de Ceylan, dont les feuilles peuvent atteindre sept mètres d’envergure et qui ne fleurit qu’une seule fois en soixante ans puis meurt ensuite. Parmi les plantes aquaiques : la plus célèbre est la Victoria amazonica dans le bassin des nénuphars, mais le jardin possède aussi des lotus, (notamment Nelumbo nucifera), des nymphéas et des jacinthes d’eau que l’on trouve dans plusieurs bassins.

Le jardin de Pamplemousses est traversé par la rivière Citron, le canal de la Villebague et le canal Belle-Eau.

Les plantes médicinales se trouvent dans une section du jardin Le jardin possède également une section consacrée aux espèces endémiques Il existe une forêt de bambous géants dont certains atteignent plus de 15 mètres.

.

On peut voir les oiseaux. Les plus fréquents sont le martin , la tourterelle à collier (Spilopelia chinensis suratensis) originaire de Chine. Des oiseaux viennent dans l’eau des bassins comme la poule d’eau des Mascareignes (Gallinula chloropus pyrrhorrhoa) et la gasse (héron strié endémique). Si l’on observe plus attentivement, il est possible voir dans les arbres de petits oiseaux colorés comme le serin pays (Serinus mozambicus mozambicus), le serin du Cap (surnommé schlug-schlug), le bengali au corps brun et à bec rouge, ou le cardinal, rouge pendant la saison des amours. a grosse hirondelle (phedina borbonica borbonica)

Les reptiles sont représentés par le gecko bleu qui vit sur les bananiers et le ravenale; le lézard des palmiers ou le phelsuma guimbeaui. Il existe aussi des caméléons (calotes versicolor) et quelques couleuvres i.

Les bassins et rivières abritent des crapauds des Mascareignes et de gros crapauds d’Afrique du Sud avec des verrues noires.

Les poissons sont représentés par le tilapia africain (dit ici berri rouge), le gourami indien, l’anguille, le poisson arc-en-ciel. Les papillons sont également présents, le plus beau étant le Papilio phorbanta manlius noir avec des taches bleues virevolte dans le ciel.


0 Responses to “Le Jardin botanique de Pamplemousses”



  1. Leave a Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s


%d bloggers like this: