26
Oct
15

Les coccinelles a Maurice

Les coccinelles a Maurice

Lindorus coccinelle

Lindorus lophante. Une espece que j’ai collectionné pâr milliers dans le passé.

la coccinelle est asssez commune a Maurice, dana beaucoup de cultures attaquées par des pucerons La coque de l’insecte nommé Elytre vient du grec « elutron »- qui signifie étui, qui est superposé sur les deux autres ailes de l’insecte ,La coccinelle se nourrit de pucerons (jusqu’à 100 dans la même journée) : elle injecte sa salive dans le puceron qui se ramollit, ensuite elle le broie avec ses puissantes mandibules et en inspire le contenu ; le puceron se dégonfle alors. Les pucerons représentent 60% de sa nourriture, mais elle mange aussi des chenilles ou des acariens, parfois des spores de champignons, le pollen et des débris de multiiples végétaux.

Ses principaux prédateurs sont des rongeurs, des oiseaux et les araignées. Prédateur au et la mante religieuse

La lutte biologique a fait appel de nombreuses fois à l’utilisation de coccinelles. On peut même dire que le succès de cette méthode de lutte alternative s’est fait grâce à ce prédateur. Sur les agrumes Icerya purchasi fut contrôlée de façon spectaculaire par l’introduction de Rodolia (Novius) cardinalis. La coccinelle est donc carnivores et recherche une seule proie spécifique .Parmi les autres proies pourtant des coccinelles, il y a les thrips, les psylles, les aleurodes, les cochenilles, les larves de diptères (mouches), etc. Les jardiniers peuvent donc les utiliser en tant qu’ auxiliaire en protection des cultures en remplacement des produits phytosanitaires dans la lutte biologique contre les pucerons. Cependant, les produits phytosanitaires tuent aussi les coccinelles et il faut s’en server avec modération.

La famille des Coccinellidae, est une famille d’insectes de l’ordre des coléoptères, appelées coccinelles, ou bêtes à bon Dieu. Vers 1950 je travaillais a la section entomologique du département d’agriculture sous l’assistant entomologiste André Moutia. Il voulait collectionner des parasites de la canne pour les exporter vers d’autres pays. Une variété spécifique Théa variegata pullulait sur les cocotiers ce qui facilitait les collections. En peu de temps j’avais pu vavoitr un millier de ces insecte. Il y avait aussi des Chilocorus et surtout Llindorus lophantatrouvait pamis les espèces en grande demande. Les coccinelles peuvent être vendues au stade d’œufs, au stade larvaire ou adulte.

Ce travail m’a permis de faire une collection personnelle des coccinelles de Maurice. Il se trouvait une espèce multicolore le Dysis bisquatuour guttata qui était une merveille pour les yeux

Liste des Coccinellidae, coccinelles de Maurice :

– Brumus suturalis (Fabricus, 1798). – Cheilomenes sulphurea (Olivier, 1791). – Chilocorus nigritus (Fabricius, 1798). – Chilocorus politus (Mulsant, 1850). – Dysis bisquatuorguttata (Mulsant, 1850). – Exochomus laeviusculus (Weise, 1909). – Lindorus lophantae (Blaisdell, 1892). – Platynaspis capicola (Crotch, 1874). – Psyllobora variegata (Fabricus 1781). – Rodolia chermesina (Mulsant, 1850). – Scyinizus constrictus (Mulsant 1850). – Sticholotis madagassa (Weise 1909). – Thea variegata (Fabricius, 1781).


0 Responses to “Les coccinelles a Maurice”



  1. Leave a Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s


%d bloggers like this: